Cinq questions à la nouvelle coordinatrice

Alice Clerc a été choisie pour coordonner le projet de coopérative pour l’ouverture d’un supermarché participatif à Nancy. Premières impressions, vision du projet, rôle précis dans l’association : la nouvelle coordinatrice de la Grande Epicerie Générale se prête à la question.

  1. Pourquoi une salariée dans un supermarché participatif ?
    L’objectif n’est pas de remplacer le travail qui est aujourd’hui mené par les adhérents bénévoles mais de mettre en oeuvre la suite du projet, notamment la constitution de la coopérative.
      
  2. Qu’est-ce qui vous amène à Nancy ?
    Je travaillais avant à l’association des agriculteurs biologiques en Ile-de-France. Je suis venue rejoindre mon compagnon qui vivait déjà à Nancy.
      
  3. Quel est le rôle d’une coordinatrice ?
    Dans un premier temps, mon rôle est de mener le projet de création de la coopérative pour passer de l’épicerie-test actuelle de la rue Saint-Nicolas, à un supermarché sur une plus grande surface avec plus de références et des horaires d’ouverture étendus. Je suis particulièrement impliquée dans la concertation pour la rédaction des futurs statuts, dans la construction de la trame financière de la coopérative, dans le recrutement des futurs sociétaires, dans la recherche des futurs locaux et dans leur aménagement. 

    Ne pas aller trop vite 
    pour un projet solide

    Toutes les étapes du projet sont préparées avec les bénévoles impliqués dans les groupes de travail concernés puis validées en concertation avec l’ensemble des adhérents, notamment lors du forum ouvert sur les statuts de la future coopérative début avril et lors la prochaine assemblée générale le 16 mai 2019.

    En parallèle, j’appuie également un peu au fonctionnement opérationnel de l’épicerie test et pour le moment je m’attache au rapprochement des factures fournisseurs et au suivi des commandes.

  4. Quelle sont vos premières impressions après plusieurs semaines dans les locaux du 61, rue Saint-Nicolas ?
    Fraiches à mon arrivée en janvier ! Au delà de la fraîche température du local – ça va mieux maintenant – je suis agréablement surprise de voir le niveau d’implication de certains bénévoles qui sont très moteurs dans le projet. C’est une formidable aventure humaine, même si ça peut parfois générer des petites tensions, il n’est pas si fréquent qu’il y ait autant de bénévoles motivés autour d’un même objectif ! C’est une véritable force pour le projet. Je suis arrivée seulement 9 mois après l’ouverture de l’épicerie-test, il y avait déjà près de 700 produits référencés et 400 adhérents, c’est une vraie réussite.
  5. Le projet de supermarché participatif vous semble-t-il réalisable dans une ville moyenne comme Nancy ?
    C’est toujours difficile à prévoir à l’avance… Pour moi la réussite d’un tel projet ne dépend pas de la taille de la ville, mais plutôt du nombre de personnes qui s’impliquent dans le projet. Le plus important, c’est que chaque membre s’approprie le projet, comprenne que c’est notre projet à tous et qu’on en est tous responsables.     Si chacun s’engage à minima à faire ses services et ses courses à la Grande Epicerie Générale, il y a de très grandes chances que le projet réussisse !
POUR EN SAVOIR PLUS

Connaissiez-vous Nancy et le Grand-Est avant de venir ?
Je connaissais déjà l’Alsace puisque j’y ai travaillé quelques mois juste après la fin de mes études. En revanche, je n’étais venue que quelques fois à Nancy, principalement le week-end.

Comme dans tous les projets, certains trouvent que le passage de « l’épicerie-test » au supermarché n’est pas assez rapide. Qu’en pensez-vous ?
Dans la réussite d’un projet, il y a généralement trois facteurs stratégiques : la qualité, le délai et la dépense financière. Si on veut maintenir le niveau d’exigence de notre projet et limiter les dépenses financières ça demande nécessairement du temps. Il est important de ne pas aller trop vite pour que le projet soit solide et reste collaboratif, pour correspondre aux attentes des adhérents…

Maintenant que « l’épicerie-test » a fait ses preuves, nous pouvons envisager de passer au statut coopératif et déménager dans des locaux plus grands afin de poursuivre l’augmentation du nombre de références.

Vous commencez votre CDI par un stage de six mois, c’est bien ça ?
Pour l’instant, je suis en stage de formation professionnelle à la Grande Epicerie générale jusqu’au 7 juillet 2019. Mon stage s’inscrit dans le cadre du dispositif ARDAN co-financé par la Région Grand-Est : j’ai un statut de demandeuse d’emploi, stagiaire à la Grande Epicerie Générale, tout en bénéficiant de sept formations de deux jours assurées par le CNAM.

Je ne serai embauchée en CDI que si le projet de création de la coopérative aboutit et que les moyens financiers sont suffisants pour me rémunérer.

Le vrac peut-il davantage se développer dans « l’épicerie-test » ?
Le vrac peut bien-sûr se développer dans « l’épicerie-test », d’autant qu’il semble s’agir d’une demande de nombreux adhérents. Le groupe de travail «zéro déchet» est en train de demander des devis à plusieurs entreprises pour l’achat de silos, afin que nous puissions estimer le coût nécessaire et trouver le financement.

La taille de l’espace de vente deviendra rapidement un facteur limitant pour le vrac comme pour le reste, c’est pour cette raison que le groupe de travail «immobilier» est en recherche active d’un nouveau local plus vaste. En attendant, nous devons construire avec les contraintes…

Connaissez-vous les autres projets de supermarchés participatifs en France ?
J’étais moi-même adhérente d’un magasin participatif à Paris qui s’appelle Coop à Paris. Il regroupe 400 adhérents et la surface de vente est comparable à la surface de vente actuelle de la Grande Epicerie Générale, avec notamment un rayon vracet une vitrine réfrigérée de fromages vendus à la découpe… Ce projet n’a cependant pas vocation à s’agrandir pour devenir un supermarché, contrairement à La Louve, dont j’ai eu l’occasion d’aller visiter ses 1450 m2.

Plus récemment, j’ai également visité le magasin participatif de Colmar, les Oies sauvages, lors de la 1ère réunion intercoop Grand-Est, un moment riche en échanges et en partages entre toutes les initiatives du Grand-Est.

Quels sont vos horaires ?
Je travaille généralement au local du lundi au vendredi de 9h30 à 18h15. Participant cependant à nombreuses réunions en soirée (une à deux par semaine), il arrive que je ne sois pas là dans la journée pour récupérer.

N’hésitez pas à me contacter si besoin par Basecamp ou sur mon mail qui a été communiqué à tous les adhérents.

Pensez-vous que la tendance vers une consommation plus active et plus choisie soit un mouvement sur le long terme ?
De mon point de vue, ce que recherchent de plus en plus les consommateurs c’est la transparence et la confiance. Que ce soit en terme d’origines des produits, de conditions de productions ou de constructions des prix, le système actuel construit par l’industrie agro-alimentaire et la grande distribution est d’une telle opacité qu’il mène aujourd’hui à une certaine méfiance, voir à des scandales sanitaires sans précédents.

Je pense que la tendance vers une réappropriation de notre consommation ne fait que commencer et sera donc de plus en plus importante.

 Merci Alice Clerc et bienvenue à Nancy !

Alice, coordinatrice de la Grande Epicerie Générale à Nancy. Supermarché participatif.

Photographies : Alice Meyer / Grande Epicerie Générale à Nancy.

Portes ouvertes samedi 27 avril 2019

Un an, ça se fête
La Grande Epicerie Générale vous invite à vous faufiler dans les rayons pour une semaine anniversaire


> Journée portes ouvertes : samedi 27 avril de 10h à 17h au 61, rue Saint-Nicolas (avec un jus de pomme convivial à 15H)

> Exposition «Tiers Lieux» du 24 au 27 avril au 61, rue Saint-Nicolas

> Projection du documentaire «Foodcoop» à la Cantoche, mercredi 24 avril à 18H30. 

Un an après avoir ouvert son épicerie temporaire à Nancy avec 70m2 de rayons, l’association la Grande Epicerie Générale va se transformer en coopérative et cherche déjà des locaux plus grands.

Le principe d’un supermarché coopératif et participatif est simple : chaque adhérent donne trois heures de son temps par mois pour pouvoir faire ses courses. Plus de 800 produits sont déjà proposés en rayon, tous choisis par les adhérents, en privilégiant des produits les plus éthiques et les plus locaux possibles. 

Venez découvrir ce concept inédit à Nancy et pourquoi pas participer à l’aventure du premier supermarché participatif de Lorraine.

Entrée libre.

Adhérez et choisissez votre créneau

Vous avez décidé de nous rejoindre en 2019 ? 

Pour cela, rien de plus simple, venez nous rencontrer à notre local. Participez à une réunion d’information. Venez visionner le film documentaire Foodcoop qui vous plonge au coeur de la coopérative participative Park Slope Foodcoop à New-York. 

CHOISIR UNE SEANCE pour visionner FOODCOOP
au 61, rue Saint-Nicolas à Nancy

Pour choisir un créneau de bénévolat (3 heures toutes les 4 semaines), ou pour renouveler votre adhésion  : https://boutique.grandeepiceriegenerale.fr

Vous pouvez aussi visionner nos rayons en ligne ou en pasant nous voir dans notre local de la rue Saint-Nicolas à Nancy.

Pas de pause estivale ! Nous sommes ouverts tout l’été

Le local du 61, rue Saint-Nicolas à Nancy reste ouvert tout l’été ! 
Nous avons suffisamment d’adhérents pour pouvoir rester ouvert aux horaires habituels ! 


Passer nous voir durant l’été. On se gare plus facilement, on prend le temps et nous proposons même de partager un apéro le vendredi !

Vous vous intéressez à notre projet ? N’hésitez pas à passer nous voir rue Saint-Nicolas à Nancy.

Nous avons recruté notre Coordinatrice – future Directrice de supermarché coopératif !

La procédure de recrutement est terminée, nous vous présenterons très prochainement, Alice, qui vient tout juste de nous rejoindre. Merci à tous les candidats. 

Un recrutement afin d’appuyer les actions de nos membres, de préparer le passage en société coopérative de consommateurs et d’aider au développement de l’épicerie-test en supermarché, nous avons recruté notre première salariée qui sera parmi nous en décembre 2018.

 

 

Retour en images sur le festival Epicurieux

Retour en images sur le festival Epicurieux. En mai dernier, la Grande Épicerie était présente pour la seconde édition du Festival Epicurieux à Nancy.

Epicurieux, c’est « un festival interdisciplinaire, innovant, écoresponsable & accessible à tous (…) avec plus de 70 acteurs culturels, numériques et environnementaux autour de l’Économie Sociale et Solidaire de la région. »

L’occasion pour les (épi)curieux de jouer au « Juste prix » sur notre stand en découvrant les prix de nos produits et de comprendre le fonctionnement de notre futur supermarché coopératif et collaboratif !

Un nouveau Conseil d’administration et bureau !

Lors de notre Assemblée Générale qui s’est tenue en mai dernier, sept adhérents ont rejoint le Conseil d’administration et un nouveau bureau avec dédoublement de postes a été élu. Bienvenue à eux !

Le nouveau bureau
De gauche à droite :
– Co-présidence : Lucie Barbier et Charles Thomassin
– Co-secrétariat : Sylvie Adiba et Nadine Maalej
– Co-trésorerie : Stéphane Malecki et Sophie Wackermann

 

2019 s’annonce comme l’année du passage à la coopérative et de l’ouverture du supermarché ! Le récent Groupe Immobilier s’affaire à trouver le local idéal.

A la rentrée 2018, nous devrions également accueillir le.la 1er salarié.e de la Grande Épicerie.

Venez faire vos courses !

Le 21 avril dernier, la Grande Épicerie Générale a ouvert officiellement ses portes. Les produits secs (alimentation, boisson, entretien, hygiène) sont en libre-service.

Les produits frais sont toujours sur commande en ligne pour des questions de stocks, vous trouverez toutefois quelques produits dans le réfrigérateur et dans les bacs à légumes en libre-service (les samedis).
De nouveaux produits font régulièrement leur entrée !

Il s’agit pour l’instant d’un local temporaire, avant la transformation en 2019 de l’association en coopérative et l’installation du supermarché collaboratif et coopératif en tant que tel.

Nouveaux produits !

Bon poison (57) : bières

Ethiquable
– Café en grains
– Confitures Paysans d’ici, commerce bio et équitable de France.

La Ferme de la Faisanderie (54) : produits à base de volaille

So Authentic (54)
– Savons saponifiés à froid
– Lotion bébé

Savonnerie du Val d’Argent Argasol (68)
– Savons bios et naturels

Le tout à des tarifs négociés pour la Grande Épicerie, venez vite les découvrir sur place !

Horaires d’ouverture

– Lundi : 18h30-20h (nouveau !)
– Mercredi : 14h-18h
– Samedi : 10h-16h